Des partenaires au service du projet et de sa réalisation


L’OGEC de Sainte-Marie-Saint-Justin

Lors de son assemblée générale du 19 juin 2018, le conseil de l’OGEC a entériné son engagement à porter le fonctionnement de Sœur Marguerite. Sainte-Marie-Saint-Justin, par sa situation géographique, sa gestion exemplaire et l’accord engagé de son OGEC, présidé par Jean-Marc Froger Delapierre, et de sa direction, est en capacité de porter cet établissement. Cette annexe administrative sera sous la responsabilité de l’OGEC, des chefs d’établissement, Madame Kimmel et Monsieur Dauge et de l’équipe administrative. Un chef d’établissement adjoint sera nommé en amont de l’ouverture. Le fonctionnement de cet établissement sera indépendant et autosuffisant, tout en bénéficiant de synergies et d’économies d’échelle par son rattachement administratif à Sainte-Marie-Saint-Justin. Indépendant, doté d’une équipe pédagogique autonome qui reportera son activité à Madame Kimmel et Monsieur Dauge régulièrement.

La DDEC92

La direction diocésaine de l’enseignement catholique du diocèse des Hauts-de-Seine est à l’initiative de ce projet, elle porte la fondation du projet éducatif (sa vision) et la coordination des parties prenantes afin d’assurer l’ouverture et la réussite de cet établissement. Sous l’autorité ultime de l’évêque de Nanterre, Monseigneur Rougé, et en bonne intelligence avec chacune des parties, elle assure la pérennité du modèle économique du projet, le choix des acteurs, des conseils et des experts et la communication interne et externe de cette création.

L’AIPHS

L’Association des Institutions Privées des Hauts-de-Seine (AIPHS) est l’association immobilière de la DDEC92. Cette association est propriétaire de 26 établissements dans les Hauts-de-Seine et conseille l’ensemble des 36 établissements diocésains du département sur les questions juridiques, techniques et financières liées à l’entretien, à la rénovation ou à la construction.

L’AIPHS est le maître d’ouvrage du projet immobilier de Sœur Marguerite. Elle organise le concours de conception-réalisation, désigne l’architecte et l’entreprise chargée des travaux ainsi que les différents prestataires intellectuels et gère les marchés ainsi contractés. Sa mission couvre l’ensemble des tenants d’une telle opération, administratif, juridique, financier, fiscal, technique. En outre, l’AIPHS porte la dette immobilière.

Dans ce cadre, l’AIPHS veille à la bonne réalisation de la construction, au respect de la qualité et au respect des coûts et des délais.

La ville de Clichy

La Ville de Clichy est un soutien déterminant de ce projet en mettant à disposition de l’AIPHS, par un bail emphytéotique administratif (BEA) d’une durée de 99 ans, un terrain destiné à recevoir l’établissement. La promesse de bail a été signée le 11 avril 2018. La signature du bail interviendra début 2019, après l’obtention des autorisations administratives (permis de construire définitif notamment) permettant le démarrage des travaux. La Ville de Clichy est engagée à mettre à disposition le terrain libre, réhabilité, dépollué et remblayé. La Ville apporte sa caution de prêt à hauteur de 50% pour la partie de l’école élémentaire pour l’emprunt bancaire souscrit par l’AIPHS. Enfin elle contribue au fonctionnement de l’école par le forfait communal comme le prévoie la loi. Ce forfait s’élève à 1146 € par élève clichois scolarisé à l’école Sœur Marguerite.

Le Conseil départemental des Hauts-de-Seine

Le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine permet l’existence de ce projet à plusieurs titres : une subvention triennale de 343 011 €, le forfait d’externat et la garantie d’emprunt pour la partie collège du projet.

La paroisse de Clichy

La Paroisse de Clichy, par son curé, le Père Thomas Binot, est un acteur clé de ce projet. La communauté paroissiale a exprimé clairement son besoin et son désir de voir s’installer un établissement catholique à Clichy. Ce projet est attendu avec ferveur. Le curé a contribué activement à la réflexion sur le projet fondateur avec certains de ses paroissiens, il prend une part active au choix de la communauté religieuse qui viendra vivre en ses murs et sera le pilier sacerdotal du patronage qui ouvrira avec l’école. Par ailleurs, en communiquant auprès des familles catholiques de Clichy mais aussi auprès de toutes les familles qui bénéficient de près ou de loin des services prodigués par les organisations chrétiennes de la ville, la paroisse est un canal majeur pour rejoindre chaque famille dans ses besoins éducatifs.

La Fondation Saint Matthieu

La Fondation Saint Matthieu (FSM) soutient l’enseignement catholique en levant des fonds privés. C’est une fondation nationale sous l’égide de la fondation de France. En 2012, la DDEC92 s’est dotée d’une fondation en propre, pour les Hauts-de-Seine, qui dépend de la fondation nationale, et permet à ses établissements de lancer leurs propres appels à dons. La FSM sera le véhicule clé de la levée de fonds privés pour financer l’équipement de « Sœur Marguerite ».

Le groupement de construction

L’alliance entre Brézillon et les architectes CLCT et Acker est le groupement porteur du projet, avec PK ingénierie en charge de l’espace restauration.

L’Académie de Versailles

C’est avec des moyens d’enseignement mis à disposition par le rectorat de Versailles que l’ouverture de cet établissement est possible, sur la base d’un engagement du diocèse à respecter l’équilibre sociologique des classes, c’est-à-dire un accès à tous.